J’ai échoué mais… je ne suis pas un échec!

IMG_4551.JPG

« En tant que femme, Dieu, mon créateur, m’appelle B O N H E U R! » Proverbes 18:22

Avez-vous déjà eu ce sentiment selon lequel tout ce que vous entreprenez, échoue? Si oui, croyez moi, je vous comprends très bien.

Il y eut un temps où je ne savais plus qui j’étais, ni ce que je possédais (en somme, ce que Dieu avait investi en moi). Inconsciemment, j’ai laissé les échecs de ma vie et, malheureusement, le mépris et le caractère hautain de quelques personnes me définir. Le résultat a été qu’en croyant ce que, eux, disaient, je suis devenue (pour un laps de temps, Thank GOD) ce qu’ils pensaient.

En 2008, j’obtenais mon baccalauréat ES avec mention et j’intégrais l’une des meilleures formations en comptabilité, assez réputée pour avoir un standard assez élevé. Cependant, au-delà des difficultés, je m’en sortais plutôt pas mal, ayant une moyenne générale avoisinant 12/20 et étant parmi les 5 premiers de la classe. Mes déboires débutèrent lors de ma 3ème année (à mes 19 ans, dès mon 1er dépôt de CS et devant exercer un « petit » boulot pour payer mon loyer). Je me retrouvais à échouer mes examens trois fois.

En 2013, je me réorientais en m’inscrivant en école de commerce pour y effectuer une autre formation, avec l’espérance de trouver une entreprise pour l’alternance. Je postulais via internet, je me déplaçais, je téléphonais…jusqu’à la date butoir où, malgré tous mes efforts, aucun fruit n’en ressortit.

En 2014, je m’inscris dans une université londonienne called Westminster University. Première étape, j’ai été acceptée! Quelle joie! La 2e étape n’était donc que formalités administratives. J’envoyai trois fois les documents exigés, 3 fois, ils ne les reçurent pas et ma candidature finit par être annulée.

C’en était trop pour moi. Ma plus grande fierté avait toujours été mes études et n’ayant jamais connu d’échecs auparavant, j’ai sombré dans une déprime au point d’atteindre une passivité qui exacerba la stagnation de ma vie. Dans mon esprit, résonnaient ces paroles qui me qualifiaient d’incapable, de « retardée », et j’en passe. Et malheureusement, nous avons toujours dans notre entourage ces personnes plus impatientes que nous-mêmes de voir notre réussite. Ils pensent que nous sommes insoucieux de notre propre sort, nous rappellent que « normalement » nous devions déjà être à tel stade de la vie, comme si nous n’en avions pas conscience. A priori ils ont cette fâcheuse tendance à relever sans fin nos échecs, en nous comparant aux autres, ou encore, en nous comparant à l’image qu’ils souhaiteraient que nous ayons. D’autres encore pensent à leurs propres réputations entachées par nos objectifs ratés. En général, leurs propos n’ont rien d’encourageant, mais ont tout pour vous enterrer encore plus. Bref, s’en est suivie, une longue période de passivité où je décidai de vivre au jour le jour.

Quelques temps plus tard, je rencontrais un jeune homme avec qui je me mis en couple et là fut l’erreur !! Une grosse erreur, car je me suis renfermée dans un couple, comme y ayant trouvé un refuge, en m’occultant, et en oubliant que construire un couple, c’est devoir aussi se construire à part entière. Quand bien même j’avais de bonnes volontés, de belles visions, de bonnes ambitions, mon subconscient avait déjà intégré cette attitude passive. Au final, la seule chose dont j’espérais la réussite vira également à l’échec. Si vous avez lu l’article  » il m’a quittée! oui et c’était nécessaire« , vous comprendrez mieux mes propos.

Par ailleurs, nous avons aussi ce complexe que la société veut créer, en faisant croire, que la beauté d’une femme se mesure à la taille de son pantalon ou à la taille de son soutien-gorge. Je n’ai certainement jamais été complexée par mes rondeurs; cependant il arriva une fois où je me supportais un peu moins à cause de ce que mon oreille avait entendu et cru comprendre.IMG_5407

Tout ce melting-pot de négativité me poussa à croire que j’étais condamnée à vivre dans l’échec comme si une malédiction s’y était mêlée. Bien évidemment, je ne vous brosse qu’une infime partie du tableau.

Le réveil de cette crise identitaire s’est fait lentement MAIS, il y eut ce fameux déclic. Oui ce jour là, où mon esprit a été affranchi et lors duquel j’ai réalisé qu’en tant que femme, Dieu, mon créateur, m’appelait                          B O N H E U R ! J’ai vu qu’en moi Dieu avait placé toutes les capacités pour procurer le bonheur à un homme, des provisions à mon prochain, des solutions aux problèmes, et que de moi dépendaient d’autres vies. J’ai compris que si j’étais un bonheur, je n’étais donc pas un échec à l’état final et que je me devais de refuser cette passivité, et encore moins de baisser les bras. Au contraire, je devais réaliser ma valeur, relever la tête et saisir par la persévérance, ces oeuvres que Dieu avait préparées d’avance pour ma destinée.

 

En somme, il arrive des moments où nos échecs, ou encore, les traitements de notre entourage peuvent nous faire perdre l’estime de nous-mêmes. À la vue de ces évènements et à l’écoute de leurs propos, nous pouvons nous sentir moins joli(e)s, moins intelligent(s), incapables, sans valeur, « hors-normes », insignifiant(e)s et j’en passe.

Cependant, avec le temps, j’ai appris que peu importe nos échecs, nos erreurs et le mépris avec lequel on peut nous traiter ou s’auto-traiter, l’essentiel est d’être conscient ou de réaliser ce qu’en réalité nous sommes, et ce que nous valons. On ne possède peut-être pas les diplômes requis par la société, ni le physique imposé par le monde actuel, mais chacun de nous a cette différence dont le monde a besoin.

« Sachons qui nous sommes à partir de ce que Dieu dit que nous sommes. »

Aujourd’hui je peux affirmer que je ne suis pas un échec. Dieu m’a relevée, a restauré mon esprit en me rappelant mon origine. Il a renouvelé mon intelligence afin que je m’associe à sa parole concernant mon identité en Christ. Un séminaire au féminin fut également générateur de cette restauration: <<Mes faiblesses me rendent plus forte>> organisé par Lady Sarah D.

Tout cela a porté son fruit et j’ai enfin validé ces matières scolaires qui me semblaient insurmontables. Il m’a engagée dans des projets que je pensais impossibles et a souligné un point qui me rendra sûrement une meilleure compagne :IMG_5458

La femme sage c’est celle qui prie, certes, mais c’est aussi une femme visionnaire, et qui travaille durement :

« Elle PENSE à un champ et l’ACQUIERT. Elle TRAVAILLE d’une main joyeuse. Elle FAIT des chemises et les VEND. Elle ne mange pas le pain de la PARESSE. »      Proverbes 31.

En conclusion, quand on te demandera, ou encore, quand tu te demanderas  » qu’y a t il de bon qui puisse sortir de moi »?
Souviens toi qu’ils se demandaient « que peut il sortir de bon de Jérusalem? ». Ils ne savaient pas que de cet endroit, sortiraient la beauté de la vie et le salut de toute une humanité.

Par ailleurs, n’oublions pas que les hommes ont tenté de définir qui était JESUS, mais seule la personne qui avait reçu la révélation du Père, a su la réelle identité de ce dernier.
Par conséquent, Sachons qui nous sommes à partir de ce que Dieu dit que nous sommes et vivons en fonction de Sa parole pour nos vies.

Raï, la fille de son père.

QDVB

IMG_1844

Publicités

11 thoughts on “J’ai échoué mais… je ne suis pas un échec!

  1. Whaoouh !! Le partage d’expérience contribue certainement à ce que l’on nomme, la thérapie par la lecture, on se sent moins seule en lisant. Stay positive, Dieu ne ment pas, il est un bon Dieu. Je suis d’avis, il n’y a que ce que Dieu dit de nous qui compte et qui devrait compter. Malheureusement souvent, on est trop souvent enclin à se définir par les événements par lesquels nous passons. Puisse Dieu toujours être une boussole et un rempart pour nous. Que Dieu te bénisse Raï

    Aimé par 1 personne

  2. On pense souvent être les seules à endurer certaines choses et on se rend compte que non. Moi, j’ai très mal vécu mon chômage ayant été une bonne élève pendant mon parcours académique, ça m’a beaucoup fait douter de mes capacités mais heureusement Dieu restaure

    J'aime

    1. Coucou Grace.
      Effectivement la situation Que tu traverses n’est pas ta définition. Il faut garder à l’esprit ce que Dieu dit que tu es et ce qu’il a prévu pour Toi. En pensant comme ça, ca m’a aidé à persévérer jusqu’à en voir des fruits découler. Des fois ca prend Du temps, mais ca ne doit pas nous refroidir dans la quête de nos objectifs. Des bisous,

      Aimé par 1 personne

  3. Gloire à Dieu pour ce qu’Il a fait dans ta vie Raï. Ce partage, sur certains des échecs que tu as connus et comment par Sa Grâce, tu as pu t’en sortir, m’édifie beaucoup. Merci chère sœur. Que Dieu te bénisse davantage!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s